La gestion financière

L’argent m’appartient, l’or m’appartient, déclare l’Eternel, le maître de l’univers.
Aggée 2 :8

 

Comment savoir si je ne m’appuie pas sur ma propre sagesse ?

Le test de la foi le plus décisif est souvent celui des finances. Si Dieu te demande de donner alors que tu n’as plus rien pour finir ton mois, est-ce que tu vas le faire ? Le domaine des finances est celui de la justice, de l’alliance et de la foi.

Juste après Proverbes 3 : 5-7 (ne t’appuie pas sur ta sagesse…) il y a Proverbes 3 : 9-10 qui nous dit :

Honore l’Eternel avec tes biens,
Et avec les prémices de tout ton revenu :
Alors tes greniers seront remplis d’abondance,
Et tes cuves regorgeront de moût.

Notre sagesse humaine consiste à gagner de l’argent et le garder pour nous… au cas où…

La sagesse de Dieu est différente : il nous propose un échange. Il devient le propriétaire de tous nos biens et nous devenons propriétaires de toutes ses bénédictions. Romains 8 : 32 nous dit : « Lui qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t il pas aussi toutes choses avec lui ? »

Tu peux définir plusieurs niveaux de confiance dans cet échange :

1. Etre juste dans tes finances

Avant de pouvoir entrer dans la bénédiction financière avec Dieu, tu dois traiter tes affaires avec les hommes dans la justice : payer tes impôts, ne pas travailler sans être déclaré ou faire travailler quelqu’un pour toi sans le déclarer ou sans qu’il soit déclaré, ne pas voler ton patron sous une forme ou une autre (les photocopies gratuites, les coups de téléphones etc). Être juste dans tes finances signifie tout cela et tout le reste.

2. Donner ta dîme

La dîme est le dixième de tes revenus. Honorer Dieu avec ses biens c’est donner la dîme de tous tes revenus à Dieu : la dîme de tout. Ton salaire brut, les dons, les subsides, les entrées supplémentaires, les heures supplémentaires, le deuxième salaire si tu as un travail d’appoint, le cadeau de la tante etc. En donnant ta dîme comme l’a fait Abraham, notre modèle dans la foi (Genèse 14), tu reconnais que toutes tes finances appartiennent à Dieu, qu’il est ton maître et tu garantis la fidélité de Dieu pour toi dans ce domaine des finances (lire Malachie 3 :10ss).

3. Semer

Les offrandes sont une manière de donner en plus de la dîme pour une œuvre spécifique (la mission ou autre) et qui reviennent à semer dans le royaume de Dieu. L’offrande est un test de foi : en semant tu sais que tu moissonneras. Mais la foi intervient sur ce point : tu ne peux pas manger la semence que tu sèmes. Tu dois choisir de la donner, de la perdre, pour la retrouver. Tu ne sais pas comment Dieu s’y prendra pour te donner une moisson, mais ce que tu sèmes tu le moissonneras un jour. Si tu sèmes du blé tu ne récolteras pas des choux. Si tu sèmes des choux tu récolteras des choux. Donc si tu sèmes des finances tu récolteras des finances. Si tu sème l’hospitalité tu seras reçu etc.

4. Les prémices

Dans ce texte des Proverbes il est parlé des prémices. Les prémices c’est le contraire des restes. Parfois on donne à Dieu ce qui reste, on le laisse glaner les pièces jaunes qui restent dans le porte-monnaie, on lui donne tout juste un pourboire. Mais ici la sagesse de Dieu consiste à donner les prémices : le premier salaire, le premier-né du troupeau, ce qui vient en premier. Il y a là aussi un principe spirituel : Dieu est servi en premier et nous en second. Et Dieu nous servira en premier et se servira ensuite ! (Voir Jean 13).

5. Donner aux pauvres

En Israël, tous les trois ans, il y avait une dîme réservée aux pauvres (le Lévite, l’orphelin, la veuve et l’étranger). Il y a beaucoup à faire dans ce domaine aujourd’hui et si tu donnes au pauvre, la Bible dit que tu prêtes à l’Eternel :

Celui qui a pitié du pauvre prête à l’Eternel,
Qui lui rendra selon son œuvre.
(Proverbes 19 :17)

Inutile de dire que si tu prêtes à Dieu, cela veut dire que Dieu va te rendre ce que tu as donné au pauvre (noter que le Lévite, la veuve, l’orphelin et l’étranger étaient vraiment pauvres et ne faisaient pas seulement semblant).

Proverbes 3 :27-28 te rappelle de ne pas refuser un bienfait à celui qui y a droit quand tu as le pouvoir de lui accorder… et de ne pas remettre à demain ce que tu peux faire aujourd’hui. Donc il y a ici deux conditions préalables pour aider le pauvre :

  • que tu aies le pouvoir de le faire : de quoi donner
  • que la personne ait « droit » à cette aide : que ce soit vraiment un pauvre

6. Deux domaines où tu dois être sans pitié avec toi-même et les autres (y compris tes membres de famille) si tu ne veux pas devenir financièrement un esclave : les prêts bancaires et le cautionnement de dettes !

Proverbes 22 : 7b « Celui qui emprunte est esclave de celui qui prête. »

Proverbes 11:15  « Celui qui cautionne autrui s’en trouve mal, mais celui qui craint  de s’engager est en sécurité. »

Proverbes 17:18  « L’homme dépourvu de sens prend des engagements, il cautionne  son prochain. »

Proverbes 22 : 26-27 « Ne sois pas parmi ceux qui prennent des engagements, parmi ceux qui cautionnent pour des dettes. Si tu n’as pas de quoi payer, pourquoi voudrais-tu qu’on enlève ton lit de dessous toi ? »

Dans les deux cas tu signes un engagement que tu n’es pas sûr de pouvoir tenir. Cela est très dangereux. Le cautionnement n’est jamais une bonne chose, par exemple pour un loyer : tu risques un jour de payer le loyer de ton meilleur ami ou d’un membre de ta famille qui tombe dans le malheur et cela te ruinera, toi, ta famille, et ta relation avec cette personne que tu as cautionnée. Le prêt bancaire ne devrait se faire que si tu as la même somme en réserve pour rembourser le tout en cas de difficulté. D’autre part faire un prêt pour acheter une chaîne stéréo ou une salle à manger est un très mauvais calcul : la chaîne stéréo ou la salle à manger ou la voiture de sport ne vont jamais te rapporter d’argent. Si éventuellement tu empruntes pour un instrument de travail et que le fruit de ton travail t’aide à rembourser le prêt, cela peut avoir du sens, mais même ainsi tu te mets dans une position d’esclave par rapport à tes créanciers. Donc prie et sois sûr de ce que tu fais. Notamment attention aux belles promesses de « facilités de paiement » et au système des cartes de crédits ou de magasins.

Si tu es déjà endetté jusqu’au cou, demande de l’aide immédiatement et fais tout ce qui est ton pouvoir pour rembourser en priant pour être libéré de l’esprit qui est derrière les dettes. (Proverbes 6 :1-5)

Il y a encore un domaine sensible pour les jeunes : Proverbes 1 :13-14 nous parle de voleurs qui nous promettent monts et merveilles en nous disant : tu auras ta part avec nous, il n’y aura qu’une bourse (qu’une caisse) pour nous tous. C’est bien de partager mais tu dois avoir ta propre gestion et tes propres économies pour les projets que Dieu t’a mis sur le cœur. Apprends à gérer ton argent et à ne pas tout mélanger. Tu peux avoir plusieurs comptes (au départ plusieurs enveloppes) avec une enveloppe pour la dîme, une enveloppe pour les offrandes, une enveloppe pour les voyages, une enveloppe pour aider ceux qui sont dans le besoin etc. Ainsi, au moment de prendre une décision tu sauras si tu peux ou si tu ne peux pas ou si en voulant faire ce que tu fais tu ne trahis pas un engagement que tu as pris avec Dieu…

En résumé tu vas découvrir l’abondance de Dieu dans tes finances si tu mets ces principes en pratique. Cela te paraît peut-être impossible mais c’est une réalité.

 

Chapitre suivant

 


 

Auteur: Co-fondateur et directeur d’étude de l’IFIM, Institut de formation International de Marseille, Jean-Hugues Jéquier a particulièrement à coeur le monde musulman et la formation de leaders chrétiens équipés dans la Parole et dans l’Esprit. Il est marié et père de 3 enfants.

 

SOMMAIRE

1. Introduction
2. Restaurer la relation
3. Comprendre les âges de la vie
4. Découvrir la clef du livre des Proverbes
5. La clef de ta destinée personnelle
6. Accepter la correction
7. Ne pas t'appuyer sur ta propre sagesse
8. La gestion financière
9. La clef du regard qui se pose sur ta vie
10. La clef qui consiste à mettre des barrières
11. Conclusion: la sagesse dans ton coeur

 

Télécharger le eBook

1 Commentaire

  1. Merci. En tant qu’enfants de Dieu, il est nécessaire que nous ayons la sagesse dans les finances .

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *