POURQUOI PENSÉE CHRÉTIENNE?

A la page 33 de Total Truth (2005, Crossway), Nancy Pearcey [à droite sur l’image], explique:

Dans son livre devenu un classique « La pensée chrétienne », Harry Blamires [théologien, à gauche sur l’image] disait : « Il n’y a plus de pensée chrétienne. » Que voulait-il dire par là ? Il ne prétendait pas que les chrétiens manquaient d’éducation… de diplômes (…)

Dire qu’il n’y a pas de pensée chrétienne signifie que des chrétiens peuvent avoir reçu une très bonne éducation dans les domaines des sciences ou des humanités sans avoir pour autant avoir de vision du monde chrétienne leur permettant d’interpréter le sujet qu’ils ont étudié. « Nous parlons de la « pensée moderne » ou de la « pensée scientifique » en utilisant le mot « pensée » pour désigner un ensemble de notions et de considérations faisant l’objet d’un consensus général », explique Blamires. Mais il n’y a pas de « pensée chrétienne », à savoir qu’il n’y a pas un ensemble de présupposés bibliques partagé par les chrétiens dans le domaine du droit, de l’éducation, de la politique, de la science, des arts etc. En tant qu’être moraux, les chrétiens suivent l’éthique biblique. En tant qu’être spirituels ils participent à un culte d’adoration ou ils prient. « Mais en tant qu’être pensant, le chrétien moderne a été vaincu par le sécularisme, » ayant accepté « une grille d’interprétation et des références construites par la pensée séculière et une série de critères qui reflètent l’échelle de valeurs de la sphère laïque. » Ce qui veut dire que lorsque nous entrons dans le discours de notre domaine professionnel, nous participons mentalement à cette conversation comme si nous n’étions pas chrétiens, en utilisant les concepts et les catégories courants, quelles que puissent être nos croyances à titre personnel.

Nancy Pearcey a écrit son livre aux Etats-Unis. La « pensée divisée » qu’elle cherche à analyser dans son livre reflète donc le contexte de la sécularisation dans son pays qui n’est pas le même que celui que nous observons en France, notamment lorsqu’on considère l’histoire des deux pays. En France un chrétien a appris dès son enfance à vivre cette dichotomie comme quelque chose de normal. La foi a été reléguée à la sphère privée du fait du principe de la laïcité qui a été repris par un athéisme militant visant à la déchristianisation de notre société et quoi que puisse être la belle laïcité voulue par le monde protestant au début du vingtième siècle, le résultat pratique de l’opération est celui d’un abandon de la pensée chrétienne. Les catholiques ont toutefois vaillamment relevé certains défis sur le plan éthique et philosophique, n’étant souvent pas eux-mêmes les concepteurs de la dévastatrice laïcité. Il est grand temps que les évangéliques se réveillent en vue de réconcilier foi et raison et de retrouver une pensée unifiée, un concept de la vérité unifiée. C’est l’un des buts de ce site.

Jean-Hugues Jéquier


 

Auteur: Co-fondateur et directeur d’étude de l’IFIM, Institut de formation International de Marseille, Jean-Hugues Jéquier a particulièrement à coeur le monde musulman et la formation de leaders chrétiens équipés dans la Parole et dans l’Esprit. Il est marié et père de 3 enfants.

 
 

Acheter le livre en anglais


 


0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de nouvelles

Soyez les premiers informés des nouveaux articles et podcasts et recevez le eBook pour les jeunes, Clefs pour Réussir.

Merci! Un email de confirmation vous a été envoyé.