Penser en chrétien, se former en chrétien

Finney est né en 1792 dans le Connecticut. A 26 ans, il commence des études de droit. Son éducation religieuse était très succincte. Finney va à l’église et suit les réunions de prière mais l’église de son temps (presbytérienne, on est aux USA au début du 19ème siècle) est froide. Finney est choqué de voir que les prières ne sont pas exaucées et que personne ne s’attend à ce qu’elles soient exaucées… Il se met alors à étudier la Bible avec ardeur sans le secours de l’église. En 1821 il vit une conversion radicale. D’une foi intellectuelle il passe à un état de confiance dans la vérité. Quelques heures plus tard il est rempli du Saint-Esprit. Il quitte immédiatement son métier d’avocat pour plaider la cause de Christ. Partout où il prêche il y a des convictions de péché profondes, des conversions en grand nombre et le réveil se répand.

Dans son 12ème discours, Finney s’interroge sur la formation des pasteurs à son époque. Voici ce qu’il dit :

Le cours des études d’un pasteur et sa préparation devraient être exclusivement théologiques. Je vous dis là exactement ce que je pense. Je ne vais pas discuter maintenant la question de savoir si toute instruction ne devrait pas être théologique. Mais je dis que toute préparation en vue du ministère devrait l’être exclusivement. Mais, me demanderez-vous : « Un pasteur ne doit-il pas comprendre les sciences ? » – « Certainement et le plus sera le mieux ; j’aimerais que les pasteurs soient versés dans la science, mais ce qu’ils en savent devrait être en relation directe avec la théologie. Etudier la science, c’est étudier les œuvres de Dieu ; étudier la théologie, c’est étudier Dieu. »

Posez la question, par exemple, à un étudiant : « Y a-t-il un Dieu ? » Pour y répondre, qu’il mette l’univers à contribution, qu’il entre dans tous les départements de la science afin d’y trouver les preuves d’un plan, et qu’il apprenne ainsi l’existence d’un Dieu. Qu’il cherche ensuite s’il se trouve dans l’univers entier une unité d’intention qui permette de reconnaître clairement l’existence d’un seul Dieu. Il apprendra ainsi la science, mais elle fera partie de la théologie. Qu’il découvre dans toutes les sciences un plan, et quel est son but. Il verra qu’il n’y a pas la moindre chose dans l’univers qui, à moins d’être pervertie, n’ai été créée pour procurer le bonheur.

Le cœur de l’étudiant pourrait-il rester froid et dur comme les murs du collège, s’il étudiait la science de cette manière ? Chaque leçon le mettra en présence de Dieu, en communion avec Lui, réchauffera son cœur, le rendra plus pieux, plus solennel, plus saint. La distinction entre les études théologiques et les études classiques est une malédiction pour l’Eglise, et une malédiction pour le monde. L’étudiant se livre pendant quatre ans au Collège à des études classiques sans que Dieu y soi ; puis, quand il entre dans l’Ecole de de Théologie, l’y voilà pour trois ans à étudier la théologie. Et puis après ? Pauvre jeune homme ! Mettez-le à l’œuvre et vous verrez qu’il n’est pas du tout formé pour le ministère. Il prêchera sans onction, sans puissance, et l’Eglise gémira. C’est sa préparation qui l’a gâté.

Pour Finney la science faisait partie de la théologie…

(Extrait de « Les réveils religieux » Mr Weber, éditeur, Villa Emmanuel, Monnetier-Mornex, Haute-Savoie, France)

Jean-Hugues Jéquier


 

Auteur: Co-fondateur et directeur d’étude de l’IFIM, Institut de formation International de Marseille, Jean-Hugues Jéquier a particulièrement à coeur le monde musulman et la formation de leaders chrétiens équipés dans la Parole et dans l’Esprit. Il est marié et père de 3 enfants.


0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de nouvelles

Soyez les premiers informés des nouveaux articles et podcasts et recevez le eBook pour les jeunes, Clefs pour Réussir.

Merci! Un email de confirmation vous a été envoyé.